Pôle logement

Pôle

logement

Le Centre sera pourvu de trois maisons qui lui donnent aussi le statut de centre de nuit. Ces logements sont nommés « maisons d’urgence » car nous souhaitons que ceux-ci soient utilisés temporairement.

En effet, la plupart des orphelins sont déjà hébergés dans le village et pour ceux qui ne le sont pas, un séjour trop long dans un centre finit par les couper du reste du village et les expose à des difficultés d’intégration après leur majorité.

L’ensemble se compose de trois maisons dont chacune accueille huit enfants pour une capacité totale de vingt-quatre enfants. Sur les trois maisons, deux sont destinées aux enfants de zéro à douze ans et sont mixtes 1 , et une autre, subdivisée en deux par genre, accueille des adolescents de douze à dix-huit ans 2. Ces trois maisons sont accompagnées par une quatrième habitée par le gardien et de la ‘‘maman’’ du Centre 3.

Les maisons ont leur propre entrée 4 pour que les enfants hébergés aient tout de même l’impression d’être dans une petite entité plus intime que l’ensemble du Centre. Cette entrée est entre la route et le chemin de traverse, orientée tout de même vers le village.

Chaque maison est ouverte sur une cour 5 et comporte des toilettes à l’arrière. Ces arrières permettent également aux enfants de se cacher, de jouer et d’étendre le linge etc…

L’intérieur des maisons

L’organisation de l’intérieur des maisons est relativement simple et modeste. Nous nous sommes basés sur l’analyse des cases que nous avons pu relever au village. Ainsi, un seul espace constitue la maison. Cet espace flexible est ouvert sur la cour par une porte et une fenêtre. Cette organisation reprend la typologie traditionnelle.

Les enfants partagent le même espace et dorment sur des nattes, comme cela se fait au village.

Nous avons également pu observer cette prise de position dans les centres d’accueil que nous avons pu visiter au Bénin. En plus, la division spatiale répartisant par âges, puis par sexe (pour les adolescents) suite les normes applicables aux centres d’accueil et de protection d’enfants en République du Bénin.

Nous souhaitons que les conditions d’usage et les conditions matérielles de ces maisons soient les plus proches de la réalité du village.

En effet, nous souhaitons à la fois penser ce lieu comme un chez-soi pour les enfants en difficulté, un chez-soi qui s’apparente au village, et d’un autre côté ne pas favoriser la pérennité d’un séjour des les logements d’urgence. Le Centre n’est qu’une solution transitoire à un ancrage sociétal plus profond.

Niveau constructif, les murs en terre permettent d’avoir un meilleur confort thermique. De plus, les hauteurs sous plafond, les ouvertures pour la ventilation ainsi que la toiture à quatre pans en chaume, permettent également de diminuer la température.

L’HISTOIRE DE ….
Jonathan, 8 ans, orphelin de père

Jonathan est orphelin, il vit au Centre avec les autres enfants dans les maisons d’urgence. En revanche, son grand-père lui paie l’école. Ainsi, chaque jour, Jonathan se réveille et aide dans les travaux domestique, il petit-déjeune avec Angèle et les autres enfants dans le préau 6 puis il se rend à l’école. Il rentre pour déjeuner puis pour dîner.

Le soir, il lit et joue avec les autres enfants dans la salle d’étude ou chez lui; avant d’aller se coucher dans la maison qu’il partage avec sept autres enfants 1 il va prendre l’eau au puits 7 et prend une douche.

Lorsque Jonathan n’a pas école, il aide Angèle pour le potager et la cuisine. Par ses activités et l’accueil de Jonathan, le Centre espère trouver une solution afin que Jonathan puisse rapidement retourner au village et venir au Centre simplement pour la bibliothèque et pour jouer avec les autre enfants.

Dans les photos à gauche des éléments qui ont été repris et /ou interprétés dans l’architecture des maisons : le passage entre toiture en paille et toiture en tôle, une case avec seuil en béton qui donne sur un système de cour centrale avec arbre. Les dimensions des ouvertures sont souvent de petite taille pour limiter la lumière et donc la chaleur à l’intérieur.
L’espace externe est l’espace principal dans l’architecture des cases. (Schéma en haut)
Dans la photo centrale en bas une case du village (en haut, dessin avec le plan).
Comme photo centrale en haut, la structure d’une toiture en bois, chaume et paille dont sont inspirées les toitures des maisons du Centre.

En haut une vue de l’entrée des maisons. Cette entrée donne sur la cour qui réunit les trois maisons d’enfants et la maison du gardien. Celle-ci est proche de l’entrée pour pouvoir mieux contrôler le passage surtout la nuit.
En bas une photo de la cour vue à vol d’oiseau.
Toutes les portes des maisons donnent vers la cour, les maisons sont indépendantes, mais lié par le seuil en béton et l’espace partagé autour de l’arbre. Les entrés des toilettes au contraire se fond de l’arriéré maison.
Photos d’une maquette au 1:100.

Un vue du centre de la cour vers la façade de la maison du gardian. Derrière, on entrevoit le jardin potager avec les arbre fruitiers. Le chemin amène doucement vers le préau et la cour plus publique.
L’intimité de cette partie du Centre plus privé est donc protégé par le jardin, mais elle reste connecté avec le reste du Centre.

L’intérieur des maisons sont caractérisée par un mobilier simple avec le bois. Les fenêtres sont petites et positionnés avec un système de croisé pour permettre une ventilation naturelle.
La structure de la toiture d’appuis sur une chaine qui décharge sur les murs porteurs en terre crue. Un enduit en terre aide le mur à respirer.

NederlandsEnglishFrançais